thought's house

Samedi 28 avril 2012 à 18:00

C’est mon premier article sur un livre, je dois vous avouer que ce n’est pas simple, on ne peut pas, comme pour une série ou un épisode, accélérer jusqu’à la scène désirée, où le revoir au cours d’une soirée, surtout pour moi qui lit lentement. Relire l’histoire me prendrais plusieurs semaines, et ne ferai pas avancer ma réflexion, alors j’ai fait avec ce que je me souvenais. J’ai essayé de retrouver des détails qui me semblaient flou, mais pour être honnête, c’est comme rechercher une aiguille dans une botte de foin, alors j’ai un peu triché et me suis servi de notre ami internet.


http://pmcdn.priceminister.com/photo/no-et-moi-dp-n-0-dossier-de-presse-du-film-de-zabou-breitman-julie-marie-parmentier-nina-rodriguez-bernard-campan-revue-867162327_ML.jpgAvant de commencer à vous baratiner de toute ma réflexion, quelques mots sur l’auteur et le résumé du livre.

L’auteur : Apparue discrètement sur la scène littéraire, Delphine de Vigan a su se faire une place de choix parmi les écrivains français. Directrice d'études dans un institut de sondages, la jeune femme écrit le soir, sans prétendre à la carrière de romancière qui sera la sienne, avant de pouvoir vivre de sa plume. Après la parution, en 2001, d'un premier récit d'inspiration autobiographique intitulé 'Jours sans faim', c'est avec le recueil de nouvelles 'Les Jolis Garçons' et le roman 'Un soir de décembre', deux ouvrages sur le thème de la désillusion amoureuse, que l'écrivain gagne le coeur d'un large public. Un bouche à oreille enthousiaste contribue au triomphe de 'No et moi', l'histoire d'une rencontre entre une adolescente surdouée et une jeune SDF qui vaut à son auteur d'être plébiscitée par les libraires (Prix des libraires 2009) et les lecteurs. Mêlant avec justesse les dimensions sociale et intime, l'écrivain poursuit dans ce registre avec le roman 'Les Heures souterraines', paru en 2009. En 2010 sort l'adaptation cinématographique de 'No et moi' par Zabou Breitman. Son roman 'Rien ne s'oppose à la nuit' est publié en août 2011 par les éditions JC Lattès.

L’histoire : Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies.
Enfant unique d'une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l'obscurité d'un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d'Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu'elle.
No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d'amour, rebelle, sauvage.
No dont l'errance et la solitude questionnent le monde.
Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. " Les choses sont ce qu'elles sont ". Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu'il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.

Vous l’aurai compris, « No et moi », c’est l’histoire de la rencontre entre un petit génie en quête de réponse et une jeune SDF désabusé. Ce qui ressort de ce roman est, pour moi, le portrait de la solitude que dresse l’auteur au fur et à mesure de l’histoire. Il sera donc question dans cet article de solitude : la solitude « explicite », avec des personnages littéralement abandonnés ; la solitude « implicite », avec une famille brisée ; et la lutte contre la solitude, avec une enfant prête à tout pour les personnes qu’elle aime.

L’auteur nous propose tout d’abord un portrait d’une solitude tout à fait explicite, avec deux personnages abandonnés par leur famille, No et Lucas.
No représente la personnification de la solitude dans le roman. C’est une jeune SDF d’à peine 18 ans sur qui Lou Bertignac (la narratrice) va faire un exposé. Nous allons donc découvrir, tout au long de l’histoire, l’enfance peu commune de la jeune femme.
Avant même sa naissance, elle est victime d’abandon, puisque sa mère ne la désirait pas, elle refusait même de la regarder quand No est née. Elle sera donc élevée par ses grands-parents jusqu’à que l’un d’eux meurt et que l’autre se sente incapable de s’occupé de la jeune Nolwenn. Elle va donc aller vivre avec sa mère et son beau-père. Lui est totalement correcte avec elle, même gentil. Sa mère, par contre, la rejette totalement, l’insulte et refuse même qu’elle soit dans la même pièce.
Au bout d’un certain temps, No va être mis à la porte de chez sa mère et vivre entre les familles d’accueil et les foyers d’hébergement. Mais lorsqu’elle va avoir 18ans, elle devra renoncer à tout ça et se retrouve à la rue, livré à elle-même.

Lucas, quand à lui, est un élève de la classe de Lou. Agée de 17ans (je suis plus très sûr), il vit totalement seul dans un grand appartement. Ses parents sont divorcés, son père ne vient plus depuis qu’il sait que sa mère à un nouveau compagnon. Mais cette dernière n’est guère plus présente puisqu’elle habite avec son ami.
Elle vient de temps en temps lui rendre visite, mais ne reste pas très longtemps, lui laissant juste de l’argent, pour qu’il puisse se nourrir.
Une femme de ménage vient toutes les semaines pour entretenir l’appartement, mais Lucas ne la croise que très rarement puisqu’il va en cours pour occuper ses journées, et surement pour se sentir un peu moins seul.

Lucas et No sont tout le deux des personnages abandonné par leur famille. No se retrouve dans la rue, livrée à elle-même, Lucas est livrée à lui-même dans un appartement entretenue par une inconnue et payer par sa mère.  Leurs points communs, c’est qu’ils manquent tous les deux d’amour, d’affection et de soutient.

La solitude est beaucoup moins explicite dans la famille Bertignac qui sait faire preuve de beaucoup de faux-semblants.
Contrairement à No et Lucas, Lou grandit dans une famille dite «  normale », avec un père et une mère. Mais en réalité, la famille n’est pas unie. Les moments qu’ils passent ensemble ne sont que des scénarios prédéfinis, qu’ils répètent indéfiniment. Ils ne font que faire semblant d’être une famille.

A l’origine de cette désunification, il eut la mort de leur second enfant Thaïs, alors encore qu’un nourrisson. Avant cette tragédie, leur famille était complétement heureuse et épanouit.
La mère est ensuite tombée dans la dépression. Elle est complétement absente, et réalise les tâches quotidiennes sans aucun enthousiasme. Elle ne s’occupe pas de sa fille, ne s’y intéresse même pas.
Le père, quand à lui, doit tout assumer seul. Il a été en quelque sorte abandonné par sa femme. Il est surpassé par les événements et n’a pas la force de s’occuper de tout, il laisse donc sa jeune fille de 13ans se débrouiller seule.

Depuis que sa sœur est morte, Lou est un peu abandonné, voir totalement, par ses parents. C’est une jeune fille précoce (elle a sauté deux classes), avec une légère phobie sociale, s’isolant des autres élèves de sa classe.
Sa vie semble être une succession de faux-semblants sur lesquels elle s’interroge, et auxquels elle participe en jouant les fausses petites filles dans sa fausse famille.
Elle se sent rejetée, surtout par sa mère qui ne lui porte quasiment aucun intérêt et ne se comporte pas comme une vraie mère. Lou ira même jusqu’à dire que sa mère ne l’aime et ne l’a jamais aimé.
Elle doit donc faire face seule à ses incertitudes, s’efforçant de tout garder pour elle.

Mais heureusement, l’histoire ne s’arrête pas là, nos protagonistes vont lutter pour tenter de sortir de cette solitude et tout cela va s’articulerhttp://4.bp.blogspot.com/_YFNSOAbEZok/TOPKsos0sHI/AAAAAAAANbo/IZ2GzokZhEM/s1600/Livre%2B-%2BVigan%2B-%2BNo%2Bet%2Bmoi.jpg autour du personnage de No.
Tout commence par un exposé demander par Mr Marin en cours de SES, et la rencontre inopiné entre No et Lou qui reste la base du roman.
Grace à cette rencontre, No va sortir de sa solitude puisque Lou s’interesse à elle. Mais la question qui se pose est « est-ce que ce n’est pas que pour son exposé ? » Lou va prouver à No que ce n’est pas le cas, puisqu’après, elle va lui offrir un toit et une famille.
Cette rencontre va permettre à Lou de se faire sa première véritable amie et de sortir de son isolement quotidien.
Les liens qui unissent les deux personnages semblent indéfectibles, l’une comme l’autre ne pouvant plus rien faire sans la seconde. Lou dira même « J’ignore laquelle de nous deux soutenait l’autre, laquelle était la plus fragile. »

L’arrivé de No dans la vie de Lou va également lui permettre de nouer des liens avec Lucas. Dès le début de l’histoire, ce dernier semble s’attacher à Lou, qu’il surnomme « pépite », mais Lou semble mettre des barrières à cette amitié naissante.
La présence de No va permettre un rapprochement entre les deux personnages, leur amitié va pouvoir se développer, se transformant en idylle amoureuse à la fin du livre.

Mais c’est sur la famille Bertignac que l’arrivé de No va avoir le plus grand impact.
Lorsque Lou demande à ses parents d’accueillir No chez eux, elle est surprise que sa mère accepte si facilement. Contre toute attente, la mère de Lou va porter un réel intérêt à No. Elle va peu à peu reprendre son rôle de mère et celui d’épouse et sortir de sa dépression.
La remise en forme de la mère va donner un nouvel élan à la famille qui va pouvoir se reconstruire. Le père va pouvoir renouer avec son rôle de père et de mari, pouvant à nouveau se reposé sur sa femme.
Mais pour Lou tout n’est pas si simple, elle se sent un peu plus exclu par ce renouveau, car sa mère n’a jamais fait l’effort de changer pour elle, et elle le fait à la suite de la venue de No. Lou ne trouve donc plus sa place dans cette nouvelle famille, et va même vouloir s’enfuir avec No.

C’est un large portrait de la solitude que nous dévoile Delphine de Vignan sous une narration innocente et critique de notre société qui nous touche beaucoup. Mais tout ne finit pas bien pour tout le monde, ATTENTION GROS SPOILER : No va une nouvelle fois se sentir abandonnée et sombrera dans l’alcool. Elle se fera rejeter par les parents de Lou, qui ne l’abandonnera pas pour autant. Mais No devra se rendre à l’évidence qu’elle n’a pas sa place auprès de Lou, et elle partira sans rien lui dire.
Ce roman pose beaucoup d’autres questions notamment sur la découverte de l’amour par Lou.


Par JA-DE le Lundi 7 mai 2012 à 14:39
Article très bien construit et complet, en effet cette histoire est source de nombreuses interrogations plus spécialement sur notre société mais aussi sur le comportement humain et les relations humaines... Ce roman nous permet de remettre en question, ce qui est un point positif très positif de ce livre.
Par Justine le Dimanche 5 octobre 2014 à 11:59
Résumé très bien construit je vous remercie cela m'as bien aidé pour ma fiche de lecture
Par célibataire le Samedi 2 mai 2015 à 20:16
Merci pour cette information et cet article, je reviendrais avec plaisir.
Par Code Promo Uber Premiere Course le Samedi 5 septembre 2015 à 18:43
Avez vous un lien pour que je puisse télécharger l'article en PDF ?
Par serrurier paris 15 le Lundi 7 septembre 2015 à 5:13
Excellent article je vous soutient .
Par Orangeous le Jeudi 31 décembre 2015 à 19:34
Tu fais un travail incroyable
Par UIqoEVYiRC le Samedi 23 janvier 2016 à 20:16
Par IDcJLdjsZW le Vendredi 5 février 2016 à 21:24
Par ypKAaPJqHl le Samedi 23 avril 2016 à 20:06
Par AgatheBlond le Lundi 21 novembre 2016 à 12:09
Merci pour ton article, je suis persuadé d’avoir vraiment beaucoup appris
Par BrucePeter le Lundi 19 décembre 2016 à 9:29
Bon article, merci beaucoup pour ce job
Par SebastianLallemand le Lundi 13 février 2017 à 6:08
Quel article intéressant, merci beaucoup pour ce travail que vous faîtes
Par Dany Guillou le Jeudi 14 juin 2018 à 19:30
Quel article intéressant, merci beaucoup pour le job qui demande de l’investissement
Par Amelie Caubet le Jeudi 9 août 2018 à 9:09
Tu fais un travail incroyable.
Par Christien Moyroud le Vendredi 31 août 2018 à 9:01
Je vous remercie pour votre article
Par Nathan Joye le Mercredi 23 janvier 2019 à 12:32
Merci pour ton ecrit
Par Christophe Montagnon le Jeudi 5 septembre 2019 à 22:23
Bon travail, je vous remercie pour ce boulot .
Par MarieFranceLi le Mardi 5 novembre 2019 à 16:17
Merci par rapport à votre immense travail qui est extraordinaire
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://thoughtshouse.cowblog.fr/trackback/3182851

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast